Entretien avec Lina Bautista

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Nous vous présentons aujourd’hui une interview réalisée par Laura Orquin, collaboratrice de Ceps projectes Socials, à Lina Bautista, collaboratrice du projet #Vxdesigners.

Pour commencer, j’aimerais que vous vous présentiez. Pourriez-vous m’expliquer ce qu’est linalab, votre travail est lié aux domaines créatif, éducatif et technologique ?

Linalab est un projet qui, en fin de compte, englobe toutes les choses que je fais à un niveau plus créatif et aussi parfois à un niveau éducatif.

J’ai étudié la musique en Colombie et je suis venu vivre à Barcelone il y a dix ans. Pendant tout ce temps, j’ai élargi ma façon de travailler. Au début, je ne faisais que de la musique, j’ai commencé à m’intéresser aux différentes technologies pour faire de la musique, pour composer. Puis je me suis étendu à d’autres domaines, non seulement pour créer de la musique, mais aussi pour réaliser des installations ou des objets interactifs qui ne sont pas nécessairement axés sur le son, même si c’est ce sur quoi je me concentre. 

Sur le plan éducatif, ce qui m’intéresse, c’est de motiver les gens à travailler avec les technologies, à les utiliser et à se les approprier. Pour cela, j’utilise des médias qui ont aussi à voir avec la créativité, l’art et parfois le son. Par exemple, j’aime apprendre aux gens à souder de petits gadgets qui, après quelques heures de soudure sans savoir ce qu’ils font, émettent des sons et des bruits qui deviennent de la musique. À la fin de l’atelier, les gens ont un instrument qu’ils ont créé et ils l’emportent chez eux pour s’en inspirer. 

Un autre exemple est la programmation, il existe un moyen de faire de la musique, des sons ou des images, avec des codes en direct. Vous modifiez le code et réalisez des visuels ou de la musique. Avec cela, je veux montrer aux gens qu’ils ne doivent pas nécessairement savoir programmer, qu’ils ne doivent pas être des experts en musique ou avoir étudié pendant de nombreuses années pour commencer à comprendre ces outils. 

Les outils que vous utilisez pour la programmation sont-ils des plateformes ouvertes où les utilisateurs peuvent entrer librement en s’inscrivant ou sont-ils payants ?

Non, les outils que j’utilise et que j’ai exposés dans les deux exemples sont des plateformes open source qui sont accessibles au public sans avoir à payer ou à s’enregistrer. Il existe certains programmes auxquels vous pouvez accéder en les téléchargeant gratuitement, mais la grande majorité d’entre eux sont accessibles via le navigateur.  

Ce sont des outils qui sont là pour être utilisés, mais vous avez juste besoin de quelqu’un pour vous dire qu’ils existent et vous dire comment les utiliser.

Et ces personnes que vous accompagnez, par exemple dans le processus de création musicale, combien de temps le faites-vous ?

Cela dépend du contexte dans lequel je me trouve, parfois nous faisons des ateliers qui durent quelques heures, mais il y a aussi des choses auxquelles je participe et dont le suivi est beaucoup plus long. Cela dépend vraiment du contexte et de la volonté des gens de continuer. Pour moi, l’idéal est d’avancer pas à pas, de ne pas se contenter de donner un atelier d’introduction de quelques heures, mais d’essayer d’aller plus loin. 

Par ailleurs, avec ces petits ateliers, faites-vous en sorte que les participants prennent davantage confiance en eux ?

Exactement, il y a ce point où vous apprenez un outil, mais en même temps vous vous familiarisez avec lui et vous vous appropriez ce qui se passe. Au final, cet outil vous appartient et vous pouvez faire ce que vous voulez. C’est comme ça que j’ai fait et c’est comme ça que je l’enseigne.

Comment définiriez-vous le projet #VXdesigners ?

Il comporte plusieurs éléments qui se rejoignent : d’une part la création d’expositions, d’autre part l’éducation active et enfin les outils numériques. Le projet tente de réunir ces trois éléments, en créant des expositions dans l’idée de disposer d’outils pédagogiques qui aident à apprendre de manière active et en utilisant les technologies dans le développement de tout cela.

Comment avez-vous découvert le projet #VXdedigners et comment avez-vous décidé d’y collaborer ?

D’une certaine manière, c’est le projet qui m’a trouvée, car l’objectif du projet est d’encourager le public à utiliser différents outils numériques et à les partager. Je pense que c’est quelque chose qui correspond très bien à moi et à mon travail, et que le projet apporte également.

En ce qui concerne la partie du projet #VXdesigners où vous créez des œuvres, pensez-vous que le processus de production d’œuvres musicales et d’animations (en ligne ou hors ligne) est le même ?

Oui, il y a des choses en commun, ce n’est pas la même chose de faire une exposition que de faire une composition, car ce sont des processus différents, mais il y a des choses en commun. Par exemple, vous devez effectuer une recherche ou une analyse préalable de ce que vous voulez faire, c’est l’avant. Ensuite, il y aurait la phase de développement où vous produisez ce que vous voulez faire. Enfin, le moment de montrer le résultat, dans le cas d’une exposition, il s’agirait de la mettre en place et d’avoir un public pour la voir. 

Quels sont les avantages pour la personne qui s’immerge dans ce processus de création ?

En ce qui concerne l’éducation, il vous engage beaucoup plus, vous motive, améliore l’estime de soi, car vous faites les choses dans un but précis. Si vous faites une présentation commune, cela encourage le débat et le travail d’équipe. Lorsque vous travaillez en équipe, il est très important d’essayer de comprendre les autres points de vue et de faire en sorte que les autres comprennent votre point de vue. Lorsqu’on travaille en équipe, chaque personne apporte sa propre vision du projet et il en ressort des choses que l’on n’aurait jamais imaginées seul. 

De plus, comme je l’ai déjà mentionné, cela améliore l’estime de soi, lorsque vous montrez quelque chose que vous avez fait, vous ressentez l’adrénaline au moment de le montrer.   

Pourquoi dit-on que les expositions peuvent servir d’outils didactiques ? Ces outils peuvent-ils générer des inégalités dans l’apprentissage ou l’interprétation d’une histoire ? 

Oui et non, je crois personnellement que lorsque l’on travaille sur un sujet, cela a beaucoup à voir avec les personnes qui le guident et la façon dont elles vous guident, c’est pourquoi nous faisons également ce projet, pour être conscients que des inégalités peuvent être générées. Par exemple, avec des choses aussi simples que de dire que nous allons utiliser une certaine technologie, et plus particulièrement notre téléphone portable. Un premier obstacle serait le téléphone, tout le monde a le sien, mais il peut y avoir des gens qui n’en ont pas ou qui ne fonctionnent pas correctement. Nous devons être conscients que ces choses peuvent arriver et les anticiper.

Il y a aussi des choses bénéfiques, le fait que nous ne soyons pas tous les mêmes est ce qui enrichit le plus un projet, car nous ne le voyons pas tous de la même façon et c’est aussi quelque chose qui est évident dans ce projet. Par exemple, l’histoire n’est pas une histoire unique comme on en voit habituellement dans les livres, où il n’y a qu’une seule version. Vous pouvez avoir une perspective différente ou penser d’une manière différente et cela peut aussi se refléter dans un résultat.   

Comment les nouvelles technologies peuvent-elles être utiles dans le cadre des expositions d’étudiants, et surtout, comment ce projet vise-t-il à tirer parti des moyens technologiques ?

En ce qui concerne les œuvres et la création : il y a différents aspects, d’une part il y a le fait qu’il y a beaucoup d’œuvres d’art classiques qui sont numérisées et auxquelles nous avons déjà accèss, même des sculptures qui sont disponibles en 3D. La première chose est donc la numérisation, quelque chose qui était déjà physique et qui est maintenant virtuel.

D’autre part, nous trouvons également des œuvres artistiques qui ne peuvent exister que dans le numérique, ce qui est tout le domaine de l’art numérique.  

Il s’agit donc de l’utilisation d’outils numériques, non seulement pour voir les œuvres, mais aussi pour accéder à l’art ou aux expositions par l’intermédiaire d’écrans (un ordinateur, un téléphone portable, une tablette, etc.) Nous espérons également aller un peu plus loin, notre idée du projet n’est pas seulement de prendre une œuvre qui existe déjà, mais de créer des choses qu’il n’est pas possible de faire autrement que par voie numérique. L’idée est de s’approprier l’art et la technologie.

En ce qui concerne l’enseignement, pouvez-vous me donner un exemple concret des avantages que cette méthodologie peut apporter à court et à long terme en matière d’enseignement ?

En relation avec ce que j’ai déjà dit, lorsque vous vous appropriez un sujet et que vous le faites vôtre, vous apprenez plus et mieux, car le sujet reste avec vous. De plus, vous avez une vision plus critique du sujet, ce n’est plus quelque chose qui est là, qu’on vous dit que c’était d’une certaine façon. Par exemple, si nous parlons d’un cours d’histoire, ce n’est pas la même chose de se le faire raconter que de disposer de divers éléments et de voir comment était la situation et de créer sa propre perspective.

En outre, les étudiants développent des compétences non techniques, c’est-à-dire des choses qui ne sont pas aussi tangibles, comme l’esprit critique, que l’étudiant intériorise. Cette éducation active signifie que nous apprenons d’une manière différente. De la même manière, l’enseignant sera là pour les guider dans le processus et leur offrir différents points de vue. 

Quels sont les aspects pédagogiques présents dans la plateforme pour l’éducation inclusive ?

La plateforme est encore en cours de développement, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y aura un référentiel qui servira à voir tout ce qui a déjà été fait. De nombreux musées, artistes et courants artistiques se tournent vers les outils numériques et y placent leurs œuvres. Il s’agit donc d’abord de voir ce qui se passe, l’état de l’art. C’est une recherche que nous faisons déjà et qui sera sur la plateforme.

À ce propos, pourriez-vous m’expliquer un peu comment la plateforme en ligne #VXdesigners sera utilisée, comment ils pourront y accéder et comment ils pourront télécharger leurs œuvres ?

Les utilisateurs pourront entrer gratuitement sur le site. Par exemple, si vous voulez monter une exposition sur un thème spécifique de choses que vous voyez au lycée, vous pouvez trouver les informations sur notre plateforme, voir quelles œuvres sont disponibles et comment vous pouvez les utiliser. Vous pourrez également télécharger vos œuvres et créer vos propres expositions à partir de la plateforme.  

 Allez-vous faire une action quelconque pour que les utilisateurs de la plateforme puissent interagir avec les différentes expositions ?

Oui, c’est l’idée ! Nous réfléchissons actuellement à différents moyens de diffuser le travail, car plusieurs questions se posent : si nous voulons montrer le travail, mais il y a aussi la question de la vie privée, jusqu’où nous voulons aller. S’il s’agit de mineurs, par exemple, comment créer également différents niveaux de confidentialité. 

L’idée est que la plateforme est accessible à tous, mais en fonction du niveau de confidentialité dont vous disposez, vous pourrez interagir ou non avec ces pièces. 

Comment ferez-vous connaître la plateforme ?

L’idée est que la plateforme soit utilisée par le plus grand nombre de personnes possible, nous allons donc faire passer le mot sur tous les réseaux sociaux de tous les partenaires. Cependant, notre idée est de prendre l’outil et de l’utiliser avec un groupe pilote. 

À la fin du projet, notre idée est de continuer à alimenter la plateforme afin que les gens puissent l’utiliser indéfiniment, car la plateforme continuera à être disponible et, par conséquent, les gens pourront continuer à y accéder.

Quand pensez-vous que la plateforme sera terminée ?

Pour l’instant, nous sommes en train de créer la structure et d’en définir les aspects techniques. À partir de la fin de l’année 2021, nous prévoyons de pouvoir la voir et de la nourrir par des tests internes, et au début de l’année 2022, notre intention est de le tester avec un groupe de personnes qui pourront y avoir accès. 

Que voulez-vous réaliser avec ce projet ?

J’ai toujours le même objectif, qui est l’appropriation, d’une part, de la technologie et des outils dont nous disposons et, d’autre part, des thèmes qui sont abordés dans les différentes expositions. Que les participants puissent s’approprier les œuvres. 

C’est un plaisir de vous parler, Lina. Voulez-vous dire autre chose sur votre projet personnel Linalab ? 

Il s’agit parfois de concerts expérimentaux, d’activités destinées à toutes sortes de publics, de choses plus exclusives comme des ateliers ou des choses que je fais personnellement. Il s’agit d’un ensemble de choses que j’ai faites et que je continue de faire tout au long de ma vie et qui sont en quelque sorte liées les unes aux autres. C’est un de mes projets que je nourris petit à petit. 

Vous pouvez suivre Lina sur ses différents réseaux sociaux :

Site web : https://linalab.com/ 

Facebook : https://www.facebook.com/linalabmusic/  

Instagram : https://www.instagram.com/linalab/ 

 

More to explorer

Le projet #VXdesigners est cofinancé par le programme ERASMUS+ de l’Union européenne, et sera mis en œuvre d’octobre 2020 à septembre 2022. Ce site web et le contenu du projet reflètent les vues des auteurs, et la Commission européenne ne peut être tenue responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. (Code du projet : 2020-1-BE01-KA201-074989).